Projet éducatif et pédagogique

Introduction

Les textes qui suivent sont le fruit d’une collaboration entre les différentes composantes du Conseil d’école du Lycée Martin V: élèves, professeurs, parents, direction et pouvoir organisateur.

Les projets éducatif et pédagogique définissent les valeurs, les références, les objectifs éducatifs et les visées pédagogiques du Lycée.

Le projet d’école définit les choix et actions concrètes que l’équipe éducative entend mettre en œuvre avec l’ensemble des partenaires de la communauté éducative pour réaliser les projets éducatif et pédagogique du Lycée.

Ces deux textes sont divisés en quatre chapitres. Le premier exprime le « pour quoi » et le second le « comment ».

CH.1      Dimension chrétienne et développement spirituel

Le Lycée Martin V, en tant qu’école chrétienne, trouve sa référence essentielle dans l’Evangile.

Il offre à chacun la liberté de se sentir interpellé par l’Evangile qui constitue à ses yeux une source de sens possible pour la vie et une parole qui libère.

Cette proposition se fait au cœur même des activités d’apprentissage, car s’y forment l’esprit et le sens de la vie.

L’école offre des lieux et des temps de ressourcement, d’expérience spirituelle, de célébration, de partage, de prière.

Elle invite les élèves à une démarche de recherche spirituelle.

Dans sa pratique éducative, l’école promeut les valeurs évangéliques que Jésus, suivi par ses témoins, a assumées de façon radicale, notamment: le respect de l’autre, la confiance dans les possibilités de chacun, le sens du pardon, le don de soi, la solidarité, l’intériorité, la créativité, l’accueil.

Ces valeurs, qui sont aussi le bien commun de l’humanité, trouvent une forme concrète dans la façon de vivre les relations entre les personnes.

Elles suscitent, pour notre communauté éducative, le développement du sens du service plutôt que de l’esprit de compétition et impliquent que priorité soit donnée, en surcroît de moyens et d’attention, à ceux qui rencontrent des difficultés.

CH.2      Epanouissement de la personne et développement global

Le Lycée Martin V poursuit les objectifs généraux définis pour l’enseignement, et en particulier, l’épanouissement et le développement de la personnalité tout entière de chaque élève.  Il vise à l’idéal d’une vraie réussite de chacun dans toutes les dimensions de sa personne: corporelle, intellectuelle (voir aussi le ch.3), affective, sociale (ch.4) ou spirituelle (ch.1).

Cet épanouissement global nécessite de développer progressivement la confiance en soi, l’autonomie et la mise en projet.

Le développement de la confiance en soi nécessite:

–              que l’élève se sente accueilli: qualité des relations, respect des différences et entraide;

–              que l’élève se sente capable: mise en évidence des réussites et encouragement à les transposer;

–              que l’élève se sente responsable: répartition des tâches et possibilité de réaliser des projets dans l’école.

Le développement de l’autonomie nécessite:

–              l’apprentissage progressif par l’élève de la prise en charge de son travail et de son comportement;

–              la possibilité de s’exprimer et d’être créatif;

–              l’encouragement à assumer ses engagements jusqu’à leur terme.

Le développement de la mise en projet personnel nécessite:

–              une éducation progressive au choix dans son orientation;

–              une orientation envisagée positivement comme une source de motivation et une opportunité d’épanouissement;

–              une guidance qui concilie l’évaluation, l’orientation et les attentes personnelles du jeune.

CH.3      Apprentissage et développement intellectuel

L’école est un lieu de vie pour le jeune, mais elle l’est sur le mode particulier du rapport au savoir et à l’apprentissage.

Sans en avoir le monopole, l’école a pour devoir de proposer au jeune des connaissances, de l’aider à maîtriser des compétences, des habiletés intellectuelles et manuelles, ainsi que des savoir-être qui contribueront à le relier au monde qui l’entoure.

Ces connaissances, seront plus solidement acquises si elles ont été construites dans leur contexte ou leur histoire et situées dans le système dont elles font partie. 

L’élève en saisira d’autant mieux la signification et la nécessité qu’elles lui permettront de répondre à ses questions, de résoudre des problèmes et qu’elles seront articulées à des pratiques ou des savoirs déjà installés.

Parmi les processus possibles d’appropriation des compétences, des savoirs ou des techniques, on privilégiera ceux qui mettent l’élève au centre des apprentissages et qui lui permettront de les construire, de développer son autonomie et son désir d’apprendre par lui-même.

La construction d’un jugement personnel et le développement de l’esprit critique seront favorisés par le questionnement, la confrontation des points de vue, la résolution des problèmes.

Les apprentissages seront d’autant mieux maîtrisés qu’ils auront été le fruit d’une interaction construite avec autrui: maître, condisciples, auteurs du passé, experts, ressources, réseaux, etc…  L’école favorisera notamment l’esprit de collaboration réciproque et l’esprit d’entraide plutôt que de compétition. Elle consacrera un surcroît de moyens à ceux qui en ont le plus besoin.

Pour permettre à l’ensemble des élèves de progresser, et pour viser la réussite du plus grand nombre possible, la différenciation pédagogique est encouragée.

Nécessaire pour faire travailler ensemble des élèves de niveau inévitablement différent au sein de groupes hétérogènes, la différenciation pédagogique prend appui sur les différences méthodologiques des apprenants et s’efforce de rechercher des chemins possibles pour apprendre.

La progression des compétences méthodologiques des apprenants fait partie des objectifs des différentes matières figurant au programme. Cette progression est facilitée par la mise en œuvre d’une évaluation formative, basée sur des critères communiqués aux élèves et sur laquelle le professeur  peut se baser pour adapter ses activités d’apprentissage.

Les choix méthodologiques retenus viseront donc au développement:

–              d’un élève autonome, qui dialogue et s’exprime;

–              d’un élève reconnu dans sa différence et soutenu dans son projet de réussite;

–              d’un élève orienté dans le respect de ses aptitudes et des exigences de la société.

CH.4      Education à la citoyenneté et développement social

Le Lycée Martin V invite ses membres à partager une vie sociale basée sur le respect mutuel, la tolérance, l’écoute des autres.  L’école favorisera l’expression positive des différences qui deviendront ainsi une source d’enrichissement pour toute la communauté.  La mise en valeur des qualités de chacun favorisera un climat indispensable à une initiation à la vie en société.  Faire l’expérience de l’intérêt commun, dans l’apprentissage notamment, peut entraîner une valorisation du travail en équipe où une réussite transcende rivalités et concurrences.

Pour permettre aux élèves d’acquérir un comportement progressivement autonome, les indispensables règles de la vie commune seront expliquées aux élèves.  Elles sont destinées à structurer la recherche du respect réciproque, du respect du bien commun.

Ces règles seront claires et acceptées par tous: elles peuvent impliquer le recours à des sanctions et à des arbitrages.  Elles seront d’autant mieux respectées qu’elles seront élaborées en commun.

La qualité de la vie en groupe est stimulée par le sentiment d’appartenance à ce groupe.  Des projets concrets peuvent renforcer l’esprit d’école, de niveau ou de classe.  Les initiatives dans ce sens sont encouragées.  Le dialogue entre les membres de la communauté scolaire est suscité par l’organisation de lieux et de temps de rencontres, comme les différents conseils institués, les temps forts de la liturgie, les temps de fête, …  La qualité de la circulation des informations internes doit être régulièrement interrogée pour rester efficace.

Différentes personnes-ressources ont une responsabilité particulière en matière de vie commune: le titulaire, rouage essentiel de la vie de la classe; les éducateurs, par leur proximité de tous les jours avec les élèves; les enseignants interpellés en tant qu’adultes; les élèves-délégués de classe qui servent de relais entre les élèves et les adultes ou les instances de l’école; et l’équipe de direction qui assure la coordination, la médiation et l’arbitrage.

L’école s’efforce également de former des futurs citoyens d’une société démocratique, basée sur le respect des droits de l’homme.  Pour que les jeunes deviennent des acteurs de la vie sociale, soucieux de justice et de paix, l’école développe en son sein des pratiques démocratiques.  Elle prépare les jeunes à prendre part à la vie collective, dans ses dimensions associative et politique.  Elle développe des aptitudes nécessaires à l’insertion dans la vie professionnelle et économique au service de la personne et de la société.