Projet d’établissement

CH.1      Dimension chrétienne et développement spirituel

L’animation pastorale organisée par le Lycée comprend les aspects suivants:

Des temps forts:

–              en parallèle avec le calendrier liturgique:

  • un temps de célébration est prévu pour tous au 1er trimestre ;
  • à Noël et Pâques, différentes animations renvoient au sens de ces fêtes ;
  • durant le carême, un ou plusieurs projets de solidarité vis-à-vis du monde peuvent être mis en œuvre.

–              à plusieurs niveaux, des retraites sont organisées; elles font alors partie du programme obligatoire des cours.  Ces différents temps forts seront élaborés de préférence par un groupe associant des professeurs et des élèves, tout en étant portés par l’ensemble de la communauté éducative.  Ils se déroulent en respectant les convictions de chacun.  Un prolongement de ces temps forts dans la vie des classes est souhaitable.

Un lieu de recueillement est mis à la disposition des membres de la communauté éducative au Biéreau.

Le Lycée accueille volontiers ceux qui se présentent à lui; il leur fait connaître son projet, pour qu’ils le choisissent en connaissance de cause: sans être nécessairement de la même communauté de foi, ils seront invités au moins à en partager les valeurs qui l’inspirent en tant qu’école chrétienne.

Pour favoriser la qualité des relations entre les personnes, la vie de la classe sera privilégiée dans l’organisation générale de l’école.  A l’intérieur de chaque classe, sous l’impulsion du titulaire et des élèves-délégués de classe, le souci de la solidarité entre élèves sera constant (projets de classe, prise de notes pour les absents, entraide, …).  Au niveau de chaque implantation et de l’école, des lieux et des activités contribuant à la convivialité et au  respect mutuel seront encouragés.

Des moments d’échange sont indispensables à certains moments de l’année: organisation de conseils de classe des élèves, débats, actualité, …

Dans l’affectation des moyens d’encadrement et dans la guidance de tous les jours, les élèves en difficulté constituent une priorité (cf. ch.3).

Par ailleurs l’association des parents organise et gère un fonds de solidarité.

 

CH.2      Épanouissement de la personne et développement global

Parmi les activités concrètes de développement corporel, deux aspects se complètent: le sport et l’éducation à la santé.  Les activités sportives parascolaires organisées au Lycée durant le temps de midi, les tournois sportifs ou les activités de sport pour tous complètent l’éducation physique intégrée au programme des cours.  L’éducation à la santé comporte des activités réparties sur les différentes années.  Elles concernent notamment l’alimentation, les assuétudes et l’éducation affective et sexuelle. 

La guidance de l’élève le considère dans sa singularité, sous l’impulsion du titulaire de classe.  C’est dans ce but que les rencontres des parents se déroulent sous forme de rendez-vous individualisés.  Le journal de classe du Lycée est conçu comme un outil de planification du travail et constitue un moyen de communication école-famille.  Pour ceux qui en ont besoin, des remédiations en méthode de travail et dans plusieurs disciplines sont organisées au 2ème  degré.

Différentes activités facilitent l’expression et la créativité des élèves (spectacles, expositions, journal lycéen, …).  Elles sont autant d’occasions d’innover et d’apprendre à mener un projet à terme.

L’orientation se construit de manière progressive.

A chaque palier, des réunions d’informations sur les options sont organisées pour les élèves et leurs parents.  Le PMS est associé aux réunions de conseil de classe qui envisagent l’orientation.  En outre, trois moments retiennent particulièrement notre attention:

–              La transition primaire-secondaire

                Réunion d’information, journée portes ouvertes, visites de classes de 6° primaire, contacts avec notre école fondamentale.

–              La fin du premier degré

                La réunion d’information associera les professeurs d’options de troisième.

–              La transition vers l’enseignement supérieur

Les activités comportent un volet de contact avec la vie professionnelle (opérations « carrières », fichier de personnes ressources, stage école-entreprise), un autre avec les études supérieures (journées portes ouvertes) et permettent à l’élève de réfléchir à un choix futur (CIO de Louvain-la-Neuve, PMS).       

Un travail personnel encadré TPE est un des choix possibles dans la grille-horaire au Lycée en 2010-2011.

En 5R, le travail sera axé sur le rapport à l’écrit, la rhétorique de travail et la méthodologie du traitement des sources.

En 6R, l’élève choisira un sujet interdisciplinaire qu’il rédigera avec l’aide d’un professeur.

 

CH.3      Apprentissages et développement intellectuel

Le cursus scolaire suivi par les élèves du Lycée Martin V est directement lié à son environnement immédiat et à son offre de formation.  L’enseignement de transition (c’est-à-dire de transition vers le supérieur) qui y est organisé vise à préparer progressivement les élèves au métier… d’étudiant.

Spécificité du premier degré

Conformément à la structure du secondaire confirmée par le décret « Missions », le premier degré vise à asseoir les fondements de l’enseignement de base composé des huit premières années de l’enseignement obligatoire. Pour se faire, le premier degré a été réformé en 1994. Quatre axes principaux découlent de cette réforme.

  1. La certification est reportée à la fin du degré. Dès lors, le premier degré constitue une suite pédagogique de deux ans. Ce temps permet de respecter davantage le rythme d’apprentissage des élèves et leur adaptation au secondaire.
  2. Des compétences disciplinaires (i.e. propres à une branche) ou transversales sont explicitement exercées. L’apprentissage est effectivement un processus complexe qui fait appel à différentes qualités du métier d’élève, exercées sur les contenus proprement dits. Les compétences se trouvent dans le dossier d’apprentissage de l’élève.
  3. L’évaluation formative.

Pour permettre à chaque élève de progresser dans l’acquisition des compétences, il y a lieu de le renseigner régulièrement sur la qualité de ses apprentissages.  Les tests  donnent à l’élève et à ses parents un retour sur le niveau atteint.  Parallèlement, l’évaluation formative pratiquée au sein même des apprentissages permet de recueillir et d’interpréter – en fonction de critères convenus avec les élèves – les informations sur les progrès et difficultés d’apprentissage et d’adapter les activités d’enseignement qui suivront. 

  1. La différenciation des apprentissages.

La nouvelle structure du premier degré permet d’alterner les avantages des groupes hétérogènes (généralement la classe de base) et des groupes homogènes (pour les cours de soutien ou de remédiation intégrés dans l’horaire si nécessaire).

Au terme de la première ou de la deuxième année du degré, les élèves qui n’auraient pas atteint une maîtrise suffisante des compétences de base peuvent suivre une 1er S ou une 2ème S.  Ils ne pourront en aucun cas suivre plus de 3 ans dans le degré.  Le programme de cette année complémentaire est établi en fonction des besoins des élèves concernés.

Spécificité de la transition

En préparant progressivement les élèves aux études supérieures, le Lycée veille à concilier les nécessaires exigences de cette préparation et permettre au plus grand nombre d’entre eux de réaliser leur projet de vie. Au travers des différentes options, les méthodes mises en œuvre développeront l’autonomie des élèves, et leur permettront d’acquérir une méthode de travail.  Les méthodes développées en classe sont plurielles, et dépendent  notamment de l’âge des élèves et des matières concernées. Sont encouragées les méthodes permettant de construire les concepts à partir de la pratique, l’expérimentation, les travaux de groupe, les apprentissages par projet, l’utilisation des outils didactiques permettant de différencier les approches.  Citons entre autres les équipements de laboratoires, les centres de documentation présents dans chaque implantation, les techniques audiovisuelles et les salles multimédia.

Le site de Louvain-la-Neuve, multiplie les ressources que les élèves peuvent utiliser, quelquefois seuls, d’autres fois avec leurs professeurs: bibliothèques, laboratoires et chercheurs, cyclotron, événements culturels et académiques.

L’enseignement de terrain, organisé progressivement et au fil des options choisies, se traduit par des déplacements explicitement prévus aux programmes de cours et sont obligatoires. D’autres voyages scolaires, organisés à titre facultatif et en dehors de l’horaire scolaire, permettent d’enrichir la formation et de développer la vie de groupe. Les voyages et activités scolaires ne doivent pas être confondues avec des initiatives privées qui ne sont pas couvertes par la direction de l’école.

L’évaluation du travail des élèves est détaillée dans le Règlement des Etudes. Dans la mesure du possible, les évaluations de fin de trimestre comportent une séquence complète: révision, contrôle, correction en partenariat, récupération. La récupération vise à permettre à l’élève de se remettre à niveau pour la suite de l’année et à améliorer sa cotation globale.

En cas de difficultés, du rattrapage est disponible suivant les règles déterminées dans le journal de classe. Tout particulièrement, lorsque la difficulté est d’ordre méthodologique, l’élève peut s’inscrire à des ateliers de méthode de travail au 2ème  degré.

Spécificité de la transition artistique

Ce qui précède s’applique également aux options groupées de la transition artistique qui visent une formation généraliste par le biais de l’approfondissement d’un domaine artistique: arts plastiques, théâtre, danse.  Les démarches d’apprentissage préconisées ici s’appliquent d’autant mieux que la part de créativité qui s’y développe en devient un constituant primordial.  Ces options débouchent sur la délivrance d’un même certificat de secondaire et permettent de poursuivre des études supérieures dans le domaine artistique comme dans les autres.

 

CH.4      Éducation à la citoyenneté et développement social

La pratique de respect mutuel se concrétise dans les petits gestes quotidiens, au travers desquels se tisse la qualité des contacts : écoute de l’autre, politesse, entraide.

L’accueil des nouveaux élèves, en début d’année ou en cours d’année, sera partagé par les professeurs et les élèves plus anciens (en 1ère particulièrement, l’année scolaire débute par une matinée d’accueil).  Cette entraide passe également par la tenue à jour des notes des absents ou par l’organisation de corrections d’examens en partenariat entre élèves.

Les règles de vie commune sont expliquées aux élèves en début d’année par le titulaire.  Tout au long de celle-ci, éducateurs et enseignants veillent à en rappeler le sens, y compris lors de l’application de sanctions.  Lorsque la qualité des relations dans la classe le nécessite, le titulaire ou les délégués de classe peuvent prendre l’initiative de réunir un conseil de classe des élèves afin de mettre les difficultés à plat et tenter de les dépasser.

Le titulaire est appelé à favoriser l’accueil et l’intégration de chacun, à veiller à l’harmonie du groupe-classe, à encourager les initiatives de la classe (soupers, …) à détecter les problèmes personnels des élèves.

L’école en collaboration avec les parents est particulièrement active dans le refus de la  violence tant physique que verbale.

Au Lycée, le Conseil d’Ecole est compétent pour établir les règles de la vie commune et d’organisation du secteur pédagogique.  Les élèves qui y sont délégués deviennent des rouages importants entre les instances de l’école et l’ensemble des élèves.  Leur action sera d’autant plus efficace et éducative qu’ils émaneront d’un conseil de délégués d’élèves réellement actif.  Ces délégués sont également invités à se réunir par niveau (un niveau correspond à l’ensemble des classes d’une même année d’étude) pour envisager les questions propres à ce niveau.  Des adultes-ressources aident les délégués.

Diverses animations sont inscrites dans la tradition: cafétéria, voyages d’étude, soirées cabaret, théâtre, portes ouvertes, …  Ces activités nécessitent une répartition des tâches entre les élèves volontaires pour leur coordination en début d’année.

Chaque année, des projets de solidarité sont organisés à l’échelle de l’école, de préférence en alliant sensibilisation et récolte de fonds (Fondation Damien, présence d’une   antenne Oxfam, Maison Shalom, etc…).

Enfin, des programmes d’éducation civique peuvent compléter la formation des élèves du troisième degré (conférences, …).